Lettre à Yves B.

(Aujourd’hui, pendant que je m’amusais avec mes fantastiques hôtes CouchSurfing qui ont consenti de héberger Jean-Claude et moi à la dernière minute, j’écrivais cette lettre à un ami québécois qui habite en Chine, qui est mon ami de lettres depuis plusieurs années. Ca ne sert à rien d’écrire autre chose car cette lettre là résume tout, si bien! Regardez aussi le clip en bas…)

Je suis désolée d’avoir été une si mauvaise correspondante. Peu avant Noel mon appart était cambriolé et mon ordinateur était parti. Une amie à ma mère m’avait offert un autre ordi usagé, et je payais presque $200 de faire remplacer le disque dur, mais il y a plus de problèmes que le disque dur, la carte sonore est ruiné et souvent l’ordi ne reçoit pas les signals wifi. Et c’était neuf il y a deux ou trois ans. C’est un citron! Je pense que je vais le revendre au technicien pour qu’il puisse utiliser les composants qui fonctionnent encore.

Je commençais à avoir des difficultés avec mon vieux ordi debut septembre–depuis, que des problèmes, malgré les $700 dépensés!! C’est pour ça que je n’ai pas été une si bonne correspondante, j’ai des tas de projets et pas assez du temps sur l’ordi. Et je fais du travail à la pige pour 5 magazines et sites différents en même temps, alors quand j’ai l’ordi je bosse.

Une très tardive bonne année à toi. J’espère que tu as reçu ma carte postale de Barcelone. J’ai reçu–au moins mon père à reçu–la tienne, de Dhaka. Alors l’affaire de paperasse s’est arrangé à temps? Raconte-moi Dhaka…

C’est les vacances de février. Je suis à Marseille parce que j’y suis allée avec mon ami Jean-Claude–je pense que tu l’aimerais bien d’ailleurs, il me rappelle toi un peu et il est rieur, il adore chanter aux moments les plus inattendus et il ressemble ujn tout petit peu à Georges Brassens avec son moustache –pour voir un concert des Cowboys Fringants!!  Ils sont vraiment top sur scène. Jean-Claude les a decouverts quand il était au Canada et il était si heureux quand j’ai proposé qu’on aille à ce concert. On était hébergé chez des amis des amis, ils étaient charmants, et nous avons fait la fête quasiment jusqu’à l’aube. Quand j’ai l’age de Jean-Paul, de mon père, de toi (tous a peu près le même) je serai contente si je peux toujours faire la fête sans me fatiguer ni paraitre con. Demain je pars voir ma tante et mon oncle en Slovénie. La fin de semaine prochaine je vais à Zagreb, puis la semaine suivante Sarajevo et Tirana. Je ne suis jamais allée ni à Zagreb, ni à Sarajevo, ni à Tirana, alors ce sera très excitant! Puis j’ai une escale d’une nuit en Italie avant de reprendre le train pour la France et la réalité. Je promis de t’envoyer une carte postale!

Oh, j’ai presque oublié d’inclure, que je me suis fait acceptée dans le programme de maitrise en journalisme internationale à l’Université Laval! Alors ça se peut bien que je revienne au Canada en automne (après avoir fait nul-ne-sait-quoi-encore cet été…j’attends plusieurs réponses là-dessus). Sauf que si je suis acceptée pour un boulot chez Reuters à Londres ou chez ce magazine en Chine dont je te parlais. Il y a pas longtemps, je me suis rendue compte que, bien que j’aie que 23 ans maintenant, je ne resterai pas jeune pour toujours, alors c’est peut-être le temps d’arrêter de prendre des mesures dilatoires (comme mon boulot actuel) choisir un pays (le Canada, sans hésitation), poser mes valises et avoir des choses comme une addresse, un permis de conduire VALIDE, une voiture, un moto, un boulot dans ma domaine, etc. Je ne peux vraiment pas me voir avec une maison, une grande famille, un boulot de bureau et tout ça mais il me faut arrêter de faire n’importe quoi comme si j’avais tout le temps du monde! Et j’aurais eu 18 mois des aventures ininterrompues et indépendance presque complète (je ne gagne pas des tas d’argent, mais je n’avais jamais eu besoin de quémander auprès de mes parents (sauf quand ma portefeuille a été volée au Burundi, mais je les ai remboursés). Vie de rêve. Beaucoup de gens en seraient jaloux. Paris, Barcelone, les Grands Lacs avec leurs hippos et crocodiles, la Méditerannée, les Alpes suisses, Sarajevo, Maroc, les champs de bataille de Normandie…

Maintenant, ça pourrait être le temps d’accepter l’idée de faire des racines quelque part et réaliser mes ambitions professionnelles. En plus, je me suis fait un bon ami au Burundi, il s’appelle Pierre. Quand on était au fin fond du pays du Grands Lacs, en train de se faire ramer à travers un lac, sous un ciel pluvieux, par un monsieur qui portais des chausseurs en caoutchouc sur les deux mains et ramait le bateau avec ses mains pour manque de rames (t’aurais du le voir) j’ai fait à Pierre une promesse. Quand il aura fini son bac, avec l’aide de quelques autres gens que je connais, je l’aiderai à s’installer au Canada. Et je garde mes promesses. Je ne peux plus vivre pour moi et seulement moi, et c’est un peu attristant mais en même temps c’est une bonne sensation, comme si je suis enfin une grande. J’espère que ça avait du sens.

Donne moi de tes nouvelles, je suis sure que t’en as après une si longue délai!

Advertisements

About msmarguerite

Young Quebec City-based freelance journalist. once and future nomad. I blog about life, about travel, about things I notice and every so often about work. I enjoy language learning, singing, swing dancing, skating and...other stuff, sometimes. My heart is somewhere in East Africa, Haiti or Eastern Europe. English, français, русский, malo slovensko, un poco de espanol, um pouco de português ndiga ikirundi, mwen ap aprann kreyòl...
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s